Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Bilboquet Magazine | 28/06/2016

Haut de la page

Haut de la page

5 commentaires

Pas de chance : un pickpocket vole une grenade dégoupillée dans la poche d’un kamikaze

Pas de chance : un pickpocket vole une grenade dégoupillée dans la poche d’un kamikaze

Le hasard fait parfois mal les choses. Alors qu’il faisait normalement son métier dans le métro parisien, un pickpocket a fouillé la poche de trop. Il a découvert bien trop tard qu’elle appartenait à un kamikaze et qu’elle contenait une grenade dégoupillée.

Au mauvais endroit, au mauvais moment

Michel Bretelles, pickpocket respecté par ses pairs et ses victimes, fait irruption dans un wagon de métro de la ligne 13 à 13h13. Une inquiétante combinaison qui aurait dû lui mettre la puce à l’oreille. Il glisse sa main dans la poche d’un individu et s’échappe avec son contenu en courant sur le quai. Ce n’est que quelques secondes plus tard qu’il fait le lien entre l’objet qu’il tient entre ses mains et l’explosion qui retentit. Un malheur n’arrivant jamais seul, le pickpocket était parvenu à dérober plus tôt dans la journée un billet gagnant d’Euromillions : les 150 millions d’euros qu’il aurait pu aller retirer sont partis en fumée tout comme ses deux mains et la totalité de son corps.

Les pickpockets français sont en deuil. Demain à 12h, ils honoreront la mémoire de Michel Bretelles en gardant les mains dans leurs poches pendant 1 minute.

Les pickpockets français sont en deuil. Demain à 12h, ils honoreront la mémoire de Michel Bretelles en gardant les mains dans leurs poches pendant 1 minute.

Le kamikaze, qui n’a pas souhaité donner son nom et son adresse postale, s’apprêtait à se faire exploser dans un wagon quasiment vide. Fortement dépressif, il voulait mettre fin à ses jours sans faire de mal à personne. D’après ses propres mots, le pickpocket lui a « redonné goût à la vie ». Confiant, il compte bien agir dans un wagon bondé la prochaine fois.

Le syndicat des pickpockets réclame des mesures de prévention

Pour le syndicat des pickpockets, c’est l’accident de trop. « Michel Bretelles était un professionnel expérimenté, il était à 3 poches de la retraite » annonce tristement un dirigeant à notre reporter tout en lui dérobant son téléphone portable et la totalité de ses vêtements. Parmi les mesures réclamées, des messages d’alerte dans le métro pour annoncer aux pickpockets la présence d’objets dangereux et la suppression définitive des fausses poches, véritable fléau de la profession. Les pickpockets français défileront sur les Champs Elysées pour protester samedi à 14h. Une manifestation très attendue par la Police qui compte bien en profiter pour tous les coffrer.

Commentaires

  1. JC83

    Toujours un plaisir de vous lire !

    à corriger : « qui n’a pas souhaité donnER son nom ». 😉

  2. Dyades

    Pareil que mon collègue du dessus !

    Que ton âme repose en paix Michel. Mais pas tes mains ! Si tu peux voler Dieu hein !

  3. vache69

    J’ai un collègue qui a toujours les mains dans les poches…. un gréviste perpétuel?
    De lire de telle nouvelles, les bras m’en tombent. Du coup je me sens un peu plus proche de Michel.

  4. Jean-Luc RAZAFIMBELO

    comme dit l’expression jeux de mains jeux de vilains.

  5. lol

    Ca fait 20 munutes que je rigole, et j’en suis qu’au titre…

Laisser un commentaire