Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Bilboquet Magazine | 22/09/2017

Haut de la page

Haut de la page

5 commentaires

Il déterre une hache de guerre dans son jardin et se retrouve menacé de mort par une tribu indienne

Il déterre une hache de guerre dans son jardin et se retrouve menacé de mort par une tribu indienne

Au début du mois, Jean-Luc Parpinette, 48 ans, fait l’achat d’un jeune poirier en promotion à Jardiland. Alors qu’il creuse un trou dans le petit jardin de son pavillon de la banlieue d’Orléans, ce paisible responsable qualité dans une PME de trombones fait alors une bien étrange découverte.

« C’était une vieille hache, un peu émoussée, mais avec des jolies peintures et des plumes d’aigle en très bon état », raconte-t-il. Enthousiasmé, Jean-Luc expose fièrement sa découverte sur sa cheminée.

« Tu l’auras voulu, visage pâle »

Les choses se gâtent dès le lendemain. Alors qu’il quitte sa maison, une flèche manque de le transpercer et se fiche en plein dans sa porte. Un message l’accompagne : « Tu l’auras voulu, visage pâle. C’est la guerre. Signé : Bison Gentil ».

Troublé, Jean-Luc se rend néanmoins à son travail. Mais la journée est marquée par une succession d’événements étranges. Vers 9h30, il aperçoit de sa fenêtre des nuages de fumée qui s’élèvent d’une colline proche : « ils étaient régulièrement espacés, et ma collègue Monique a dit qu’ils ressemblaient un peu à des têtes de mort. Phiphi de la compta voyait plutôt des fraises gariguettes, mais il est un peu spécial ». A 11h00, un homme se présente à l’accueil de son entreprise. « C’était un monsieur qui disait s’appeler « Loutre rusée », souffle Christelle Calgon, chargée des relations clients. M. Rusée m’a demandé très poliment où se trouvait le bureau de Jean-Luc car il voulait « le scalp de ce sale chien de prairie ». J’ai appelé la sécurité ». La pause déjeuner n’accorde qu’un court répit : « tout l’après-midi c’était tamtams et cris qui ressemblaient à des espèces de ululements » se souvient Jean-Luc.

On en est encore au stade des hypothèses concernant l'origine de cette tribu indienne. La plus solide d'entre elles évoque l'exposition coloniale de 1864 d'Orléans (photo) au cours de laquelle une quarantaine de Commanches étaient parvenus à s'enfuir.

On en est encore au stade des hypothèses concernant l’origine de cette tribu indienne au cœur du Loiret. La plus solide d’entre elles évoque l’exposition coloniale de 1864 d’Orléans (photo) au cours de laquelle une quarantaine de Comanches étaient parvenus à s’enfuir.

Pow-wow improvisé dans
la salle à manger

Mais quand il rentre chez lui ce soir-là et qu’il aperçoit dans le rétroviseur de sa Twingo une dizaine d’hommes coiffés de plumes qui le prennent en chasse, Jean-Luc doit se rendre à l’évidence : il s’est mis à dos une tribu indienne. N’écoutant que son courage, il met son clignotant, réussit son créneau à la deuxième tentative et fait face à ses agresseurs, les mains sur les hanches. Une attitude qui ne manque pas d’impressionner celui qui semble être leur chef, un vieux guerrier à la peau très ridée qui répond au nom de « Taupe gracile ».

Levant la main, il fait immédiatement cesser chants et danses autour de Jean-Luc (« un peu comme Thierry Ardisson », note ce dernier). Un pow-wow est alors improvisé dans sa salle à manger, au cours duquel Jean-Luc comprend qu’il a déclenché le courroux de la tribu en déterrant la hache. Sans hésiter, il saisit l’objet et l’enfouit à nouveau avec Taupe gracile, sous les murmures approbatifs de l’audience. « Ça s’est fini autour d’une bonne bouteille d’eau de feu et j’ai tiré quelques lattes sur le calumet de Taupe. C’était très convivial », conclut Jean-Luc, sourire aux lèvres. C’est que notre célibataire endurci a rencontré ce soir-là la petite-fille de Taupe Gracile, Poulette dorée, et qu’il se verrait bien à la tête de sa propre tribu de papooses…

Photos :
www.alltribes.com
Wikipedia

Commentaires

  1. Une belle preuve de courage de la part de cet Orléanais de coeur et d’esprit. Prenant les choses en main et faisant face au danger, il a évité le statu squaw.

  2. Cheval Noir qui Court au Vent

    Mdrr!

  3. baz

    Une fois de plus le « féminin » fout la m… Il eut déterré du hash qu’ils se seraint d’emblée assis pour fumer le calumet de la paix.

  4. Barth

    Ainsi est né le hashtag… (le jour de la hache)

  5. PFK-pouletfritdukentucky

    Le courage,le courage…

Laisser un commentaire