Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Bilboquet Magazine | 20/10/2017

Haut de la page

Haut de la page

9 commentaires

Des CRS chargent par erreur le rassemblement annuel des « Amis de Cousteau »

Des CRS chargent par erreur le rassemblement annuel des « Amis de Cousteau »

La Bretagne, ses mouettes errantes, ses vagues qui déferlent sur les côtes ciselées, sa consommation de rhum et son taux de suicide le plus élevé de France. C’est dans cet univers poétique que chaque année depuis 1997, les amis du commandant Cousteau se rassemblent à Quimper pour honorer la mémoire de leur idole. Cette année, la petite réunion a viré au drame lorsque les CRS ont matraqué femmes et enfants, tous reconnaissables à leurs bonnets rouges. Retour sur les faits.

Une douce matinée d’automne

Le 14 novembre dernier, c’est une matinée ensoleillée qui se lève sur la paisible ville de Quimper. Elle se change rapidement en matinée pluvieuse, avant de se charger de brume, puis de soleil encore, suivi de grêle, de pluie, de soleil, d’un peu de neige, de brume, de neige, de brume, de neige, de soleil, de pluie et de soleil. Puis de pluie, de soleil, de tempête de sable, de brume, de soleil et de pluie.

Cet événement, Pétronille Jonion, admiratrice du commandant depuis 1986, ne l’aurait raté pour rien au monde. Venue en sous-marin fait main depuis Beauvais, cette employée de banque a malheureusement coulé juste au niveau de Rennes.

Cet événement, Pétronille Jonion, admiratrice du commandant depuis 1986, ne l’aurait raté pour rien au monde. Venue en sous-marin fait main depuis Beauvais, cette employée de banque a malheureusement coulé juste au niveau de Rennes.

En dépit du beau temps, et comme chaque année depuis 10 ans, l’association des « Amis de Cousteau » s’était donné rendez-vous même lieu, même heure pour évoquer dans une ambiance festive les exploits du Commandant. Au programme : visionnage de l’intégrale de Thalassa, barbecue de thon rouge/ketchup et bien sûr l’inévitable concours de lancer de sous-marin miniature. Après avoir partagé le verre de l’amitié à quarante-huit reprises, les Amis de Cousteau enfilent comme chaque année leurs bonnets rouges et entreprennent la traditionnelle procession dans Quimper en chantant « La Belle Margot ». C’est alors que tout dérape.

« Des barbecues renversés et du ketchup sur les trottoirs »

Face à cet imposant cortège, la panique saisit la brigade de CRS stagiaires stationnée sur la place Saint-Corentin. Fidèles au slogan des CRS, « ni une, ni…, ni une ! », les jeunes hommes forment rapidement les rangs, donnent l’assaut et analysent ensuite la situation. « On a reçu des ordres. Plus de 5 bonnets rouges, vous tapez. On en a vu au moins 4, voire 2 », témoigne l’un d’entre eux. Les dégâts sont terribles, comme nous le raconte Jackie Choiseul, président à vie des Amis de Cousteau. « C’était horrible ! C’était la confusion totale, des bonnets volaient dans les airs sous les coups de matraque, on se serait crus dans où est Charlie. Des barbecues ont été renversés sans être réparés, et le ketchup, destiné à assaisonner nos délicieuses merguez, a été déversé sur tous les trottoirs. J’ai cru à l’Apocalypso…Ahah tiens elle est bonne celle là, je la garde pour mon discours de l’année prochaine ».

Les « Amis de Cousteau » demandent des réparations

De son côté, le maire de Quimper appelle au calme et souhaite « que tout un chacun qui désire afficher son amour, voire son attirance sexuelle pour le commandant Cousteau – et ça n’a rien de mal, c’était un homme très séduisant il faut le reconnaître –  puisse le faire sans craindre le moindre heurt ». Des paroles d’apaisement qui ne suffisent pas pour éteindre l’incendie. Les « Amis de Cousteau » réclament ainsi pour le préjudice subi « le remboursement de 18 bonnets de couleur rouge, le remboursement de 25 thons de couleur rouge également, le remboursement de 28,5 litres de Ketchup de marque discount et surtout le remboursement de 140 bouteilles de cidre de marque Loïc Raison».

Commentaires

  1. Thierry

    J’ai 22 ans de Cie (CRS). J’ai comme l’impression que vous prenez les gens pour des cons. Il n’y a pas de fumée sans feu dans notre métier. Je peux vous assurer qu’avant de faire charger une compagnie, il s’en passe des choses!! Le point positif de cet article et qu’on conforte les CRS dans leur image: des bêtes sanguinaires qui tueiraient père mère enfants et bonnets rouges…… Oh les vilains!!!!!

  2. damien

    bha! un crs ! ca fait quoi de tabasser des ouvriers? bon quoi qu’on en disent ; tu doit savoir que tes petits collègues ne se gene point pour tabasser de l’etudiant et de l’anar dans les p’tits coins noir et dans les fourgons sans raison valable ! vous autres les bleues ,vous etes des personnes qui terrorisent les gosses avec votre attirail et equipement a la con !un coup d’gaz ,un coup d’trique et v’là le bleue heureux dans son metier et sa spleudeur ! on ne se fait pas crs pour rien ! on aime la violence , on est ultra -patriotique ,le tout pour maintenir le desordre social !oui , vous etes des gardiens du chaos capitaliste !

  3. Clement antifa

    Moi j’vous boloss les CRS SS no pasaran !

  4. Eric di Macon

    L’un de ces bonnet rouge aurait été aperçu avec un cousteau de boucher.

  5. Dédé

    Bonjour à tous, j’ai moi aussi une vingtaine d’années de fonction dans les CRS et je ne peux que déplorer le manque de recul et de neutralité dont vous faites part, Thierry. Cet article est très proche de la réalité de mon métier que je vis au jour le jour. J’avais d’ailleurs moi-même une faction à Quimper ce jour-là et je peu vous dire que c’était une véritable erreur de notre part. Cela arrive, même au meilleurs, ce qu’il faut par la suite c’est assumer les erreurs de ses conséquences et présenter nos excuses. C’est ce que nous avons fait et tout s’est bien passé après coups.

  6. derwella

    les CRS sont des larbins du système, prostitués des gouvernements eux mêmes prostitués à la finance et au corporatisme, Thierry, va te cacher, tu fais honte à tout le monde

  7. Beujolpif

    Quelle honte !

    Au lieu de prendre leurs radars et mitraillettes en nous protégeant de Pétronille Jonion qui fait ses excès de vitesse en sous-marin ! Honte sur les CRS !

    La Marine doit avoir honte !

  8. jean-auguste quinquempois

    j’y étais , je ne peux que déplorer le langage outrancier des CRS qui braillaient a qui voulait l’entendre : » les bretons , on vous emmerde , vous avez peut-être des bonnets rouges ,mais nous aussi on a des beaux nez rouges !!! »

  9. Quelle horreur ! Tout mon soutien aux Amis de Cousteau qui ont perdu un bonnet Rouge , ainsi qu’aux CRS pour l’ensemble de leur oeuvre.

Laisser un commentaire