Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Bilboquet Magazine | 11/12/2016

Haut de la page

Haut de la page

11 commentaires

Des chercheurs démontrent que non, on n’a pas tous en nous quelque chose de Tennessee

Des chercheurs démontrent que non, on n’a pas tous en nous quelque chose de Tennessee

C’est un des plus grands bouleversements scientifiques du XXIe siècle. La présence en tout un chacun de quelque chose de Tennessee, qui était considérée comme un fait inattaquable depuis plus de trente ans, a été infirmée par une équipe de chercheurs français. Un coup dur pour Monsieur Johnny Halliday, déjà remis en cause pour ses travaux sur l’ignition du feu.

Seulement 8% de porteurs de Tennessee en eux

Lucie De Claquettes, chercheuse au département d’internalité spirito-corporelle au CNRS, s’est taillé une réputation de «briseuse de mythes», elle qui avait démontré en 1997 que Dieu n’avait pas donné la foi à Ophélie Winter. Cette fois, elle a pris la tête d’un groupe de 8 scientifiques et a constitué une méthodologie d’analyse robuste pour vérifier la présence de Tennessee à l’intérieur d’un échantillon de 2000 personnes. Les résultats sont pour le moins surprenants.

tennessee

De Claquettes a analysé l’ADN d’un cheveu de l’auteur Tennessee Williams. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, il n’avait pas non plus de Tennessee en lui.

«Nous n’avons décelé quelque chose en eux de Tennessee que pour 8% des personnes analysées. 15% avaient un petit quelque chose dans le regard, et 42% avaient quelque chose d’important à nous dire», explique le professeur De Claquettes. Elle jure ne rien avoir contre Johnny Halliday, et affirme avoir mené cette étude «pour la science, rien que la science». Et d’ajouter : «je respecte beaucoup Monsieur Halliday, mais il n’a plus fait grand chose depuis son étude sur l’optique 2000. Il faut savoir déboulonner certaines statues».

L’étude de De Claquettes a suscité l’indignation de l’Association Française des Détenteurs de Tennessee,  qui compte plus de 200 000 adhérents. « Je ne dis pas que nous avons tous du Tennessee à tire-larigot, mais un petit quelque chose,  ça on ne peut pas le nier quand même ! » proteste sur son blog Rémi Simec, le président. Il y a fort à douter que ce cri du cœur affecte la grande chercheuse, qui dit avoir déjà une autre mission en tête. «De vous à moi, je ne suis pas convaincue qu’Ella, elle l’a vraiment » nous glisse-t-elle avec un sourire froid.

Commentaires

  1. Et je ne suis pas peu fier de faire partie des 8 % ayant en permanence un peu de Sour Mash N° 7 en lui.

  2. Michel

    Et quelle est la proportion de gens ayant dans leurs yeux quelque chose qui fait mal (qui fait mal)?

  3. jerome

    Bravo les gars! tout simplement énorme !

  4. Jean-Claude

    Et pourquoi Ophélie Winter est-elle deux fois shakespearienne ? Bien sûr parce qu’elle s’appelle Ophélie, mais aussi parce que « Now is the Winter of our discontent » (Richard III).

  5. Rayan

    L’AFP nous annonce plusieurs meurtres aux yeux revolvers. Elle est dessus De Claquettes ?

  6. Major Martin

    Arretez d’allumer le feu .

    Major Martin , pilote de Canadair .

  7. fopapousser

    Moi j’avoue que, OUI, j’ai quelque chose de Tennessee, mais quoi ?

  8. Maïssa le RL

    Sommes-nous certains que Fatoumata ait maté Keen’V ?

  9. Philippe

    Grand délire…, j’adore…, nous sommes proche même d’un délire magnifique

  10. Mad Mouse

    Ne perdez pas votre temps Docteur De Claquettes: moi je l’ai! Alors Ella elle l’a…

Laisser un commentaire