Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Bilboquet Magazine | 28/06/2016

Haut de la page

Haut de la page

Aucun commentaire

Affaire des “yeux qui piquent” : début du procès DOP

Affaire des “yeux qui piquent” : début du procès DOP

Le procès qu’on surnomme déjà “le procès du siècle” vient de débuter dans le tribunal de grande instance de Bordeaux, ce matin à 10 heures. Il y a un an, ce sont plus de 4000 personnes, regroupées sous le nom de l’association des “Victimes oculaires de DOP” qui portaient ainsi plainte contre le géant du shampooing français. Elles l’accusent d’avoir menti pendant des années sur son produit en prétendant qu’il ne “piquait pas les yeux”.

 

« Il ne me reste même pas mes yeux pour pleurer, ils piquent trop » 

Des premiers témoins se sont succédé à la barre, livrant des récits bouleversants qui ont ému aux larmes les personnes présentes dans la salle. “Pendant 5 ans, mes yeux me faisaient mal, tous les jours. Ils étaient rouges, si rouges, et je ne comprenais pas pourquoi. Ma femme m’a quitté, mes enfants m’ont insulté, mon patron m’a viré. J’ai tout perdu, il ne me restait même pas mes yeux pour pleurer, ils piquaient beaucoup trop”, raconte en sanglots Michel, un demandeur d’emploi de 45 ans.

Souvent munies de lunettes de soleil, les victimes oculaires de DOP ont manifesté devant le tribunal. Immunisés aux gaz lacrymogènes, les manifestants ont été particulièrement difficiles à disperser.

Souvent munies de lunettes de soleil, les victimes oculaires de DOP ont manifesté devant le tribunal. Immunisés aux gaz lacrymogènes, les manifestants ont été particulièrement difficiles à disperser.

Oui, DOP pique les yeux,surtout celui aux amandes

Ils sont nombreux comme lui à avoir abusé du shampooing sans se méfier, du fait de la publicité “Ne pique pas les yeux” faite autour du produit. “Personnellement, je me vidais tous les jours deux ou trois goulées dans chaque œil et je shampooinais bien, je leur faisais tellement confiance”, témoigne Louis, 25 ans, qui a depuis perdu l’usage de l’œil gauche. “J’ai mis trois ans avant de comprendre la cause de mes problèmes, grâce à l’asso des victimes oculaires” précise-t-il. “Oui, DOP pique les yeux, surtout celui aux amandes. Il faut avoir le courage de le dire”.

Une deuxième plainte des victimes de noeuds dans les cheveux

L’entreprise DOP devrait traverser une phase très difficile dans les prochains mois, ses chances de remporter le procès étant estimées particulièrement faibles par les observateurs. Les choses devraient d’autant plus se compliquer si le tribunal de grande instance de Bordeaux donne suite à la plainte portée par une deuxième association, “Démêle-toi!”, qui reproche à la marque d’avoir également menti au sujet des nœuds dans les cheveux. Les membres, dont certains n’ont pas pu se peigner depuis 8 ans et porteraient même des dreadlocks non-désirés (DND), rejoindront dimanche prochain les victimes oculaires pour une grande manifestation anti-DOP place de la Victoire à Bordeaux.

Laisser un commentaire