Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Bilboquet Magazine | 15/12/2017

Haut de la page

Haut de la page

3 commentaires

Dans 90% des cas, les climatologues donnent aux tornades le prénom de leur belle-mère

Dans 90% des cas, les climatologues donnent aux tornades le prénom de leur belle-mère

Chaque année, des centaines de tornades frappent la planète Terre. Elles s’appellent Cynthia, Sabrina ou encore Alberta, des prénoms féminins qui ne doivent rien au hasard. En effet, dans 9 cas sur 10, les climatologues attribuent à ces catastrophes climatiques le prénom de leur propre belle-mère.

Jean-Yves, climatologue français, a toujours refusé de s’abaisser à ce genre de pratique. Il le fait essentiellement par respect pour sa belle-mère mais également parce qu’elle est son patron au laboratoire.

Jean-Yves, climatologue français, a toujours refusé de s’abaisser à ce genre de pratique. Il le fait essentiellement par respect pour sa belle-mère mais également parce qu’elle est son patron au laboratoire.

Un hommage climatique

C’est John Silver Wyatt, climatologue britannique, qui a le premier l’idée de donner à une tornade le prénom « Birgit », en l’honneur de sa belle-mère berlinoise. Depuis, la tradition s’est perpétuée à travers les âges et les climatologues donnent dès que possible aux tornades le prénom de leur belle-maman. S’il a déjà été utilisé par le passé, ils n’hésitent pas à le réutiliser en ajoutant directement le nom de famille. Parmi ces 90% sont également comptabilisés les nominatifs qui désignent indirectement les belles-mères tels que « morue », « casse bonbon » ou « vieille peau ».

10% de noms à inventer

Quand le stock de belles-mères est épuisé, les climatologues n’ont d’autre choix que d’inventer des noms de toutes pièces. Dans ce cas, leur créativité est sans limites. Il leur arrive de trouver des noms volontairement délicats ou compliqués à prononcer pour embarrasser les journalistes qui relayent l’information. C’est le cas de la tornade « Madame Prout » qui avait forcé nombre d’entre eux à prononcer la phrase « Madame Prout a des vents à 300 km/h » ou encore la tornade « Hezfoihzefoihzadzapohjfeoihziygazxzaoncieohzefogzeoufgaziyfzaoioih » dont le nom a été choisi par le chat d’un climatologue en marchant sur son clavier. Dernier cas de figure, la vengeance personnelle. La plus célèbre est sans doute l’oeuvre d’un spécialiste américain qui avait nommé une tornade « Fille facile recherche relation d’un soir, contact : jessica.mac.powell@edu.gov ». Donné en l’honneur de son ex-femme, ce nom avait fait la une du journal télévisé sur plus de 1200 chaînes à travers le monde.

Crédit photo : Sage Ross

Commentaires

  1. C’est tout de même rare de voir des tornades s’appeller Raymonde ou Germaine ou Colette, même si la belle mère se révèle souvent être une tornade.

  2. je decouvrirais la tornade florence

Laisser un commentaire